jeudi 5 mars 2015

Les arrêts maladie : différences franco-allemandes



Imaginez la scène. Vous êtes en France. Vous avez la crève depuis une petite semaine.
Nez qui coule, toux impressionnante, 10 000 mouchoirs utilisés en 1 journée, une impression de fièvre, de la fatigue.
Bref, vous ne seriez pas contre un arrêt maladie d’un à deux jours.
De toutes façons, au travail, vous n’êtes pas productif et vous risquez de contaminer tous vos collègues.

MAIS, à moins de pleurer, il est rare que le médecin vous propose un arrêt pour une rhynopharyngite.
On n’ose pas non plus en demander.
Car ceux qui sont en arrêt sont souvent mal considérés par leurs responsables et certains de leurs collègues.
On devient des « profiteurs » du système alors que parfois, on est juste exténués à force de lutter contre la maladie.


Imaginez à présent la scène. Vous êtes en Allemagne. La même crève, voire un peu moins forte.
Le médecin vous prescrit des médicaments homéopathiques et surtout, le meilleur des remèdes : du repos !!!
Et oui, il considère qu’en se reposant, votre corps va pouvoir mieux lutter contre les microbes et vous serez plus rapidement guéri. Pas faux.
En Allemagne, quand on est malade, on reste chez soi ! Comme ça, vous ne contaminez personne et vous revenez plus vite au boulot en pleine forme.

Aussi simple que ça.

Une de mes amies m’a d’ailleurs raconté son expérience où le médecin allemand lui demandait : combien de jours de repos souhaitez-vous ?
Elle lui a répondu (avec une certaine gêne et en pensant que ça fait déjà beaucoup de jours pour une petite crève) : 2-3 jours.
- 2-3 jours ? Seulement ? Vous êtes sûre que ce sera suffisant ? Bon, et bien, je vous mets 3 jours et si vous avez besoin de davantage, vous revenez me voir.

Et quand elle a raconté ça a son copain allemand, il lui a dit :
- quoi ?? elle t'as donné 3 jours seulement ?! Mais quel radin ce médecin !!

:)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus :)